PropagLande


Site d’information alternative qui traite, sur un ton libertaire, de l’Afrique (la françafrique), de la religion, de l’économie, des médias (et donc de propagande...)


Le site Propaglande change de serveur. Vous pouvez consulter les derniers articles publiés à l'adresse www.propaglande.org.
Le présent site reste cependant fonctionnel: vous pourrez y lire toutes nos archives et anciens articles.



Une conférence de F-X Verschave

Qu’est-ce que la Françafrique ?

bibliotheque-sonore.net

Qu’est-ce que la Françafrique ? C’est le système occulte qui a été mis en place en 1960, au moment où De Gaulle, à cause de la pression de l’histoire, a du accorder l’indépendance aux pays d’Afrique.

www.bibliotheque-sonore.net Mis en ligne par Bruno
Mots clés (Tags): Armée Audio colonialisme Conférence Economie Racisme

Il a, à ce moment-là, décréter une nouvelle légalité internationale : l’indépendance. Mais en même temps, il a chargé son bras droit, Jacques Focart, de faire exactement l’inverse. D’abord pour maintenir le rang de la France à l’ONU, avec un cortège d’états clients. Pour maintenir l’accès aux matières premières stratégiques (le pétrole, l’uranium, ...) ou aux matières premières juteuses (le bois, le cacao, ...).

Pour maintenir le financement de la vie politique (je vous parlerai tout à l’heure des chiffres du détournement de la rente pétrolière ou du bois, cela représente des centaines de milliards). La quatrième raison consiste à faire jouer aux pays africains le rôle de sous-traitants de la France dans la guerre froide. Si on décrète une nouvelle légalité internationale et que l’on fait exactement le contraire, ce que l’on fait est illégal, et ne peut être accompli que de manière occulte. C’est la raison pour laquelle les relations franco-africaines sont majoritairement cachées aux yeux du public. La visibilité des relations franco-africaines est semblable à celle de l’iceberg. Il y a les 10% émergés.

C’est toute la face immaculée : la France, patrie des droits de l’homme, meilleure amie de l’Afrique, généreuse, ... Et nous avons les 90% de la face immergé, qui est la réalité profonde de la relation franco-africaine. C’est le système mis en place par Jacques Focart et qui avait pour objectif de maintenir la dépendance. Alors quels sont ces moyens parallèles inavouables pour maintenir les liens coloniaux ? (...)

Ecouter la conférence :

Qu’est-ce que la Françafrique ?
IMG/mp3/lafrancafrique-verschave.mp3

« J’ai exhumé ce terme en 1994 des antiques discours de l’ex-président ivoirien, Houphouët-Boigny pour tenter d’expliquer comment la France était capable de faire en Afrique l’inverse exact de sa devise républicaine, jusqu’à se faire complice du génocide rwandais. Le concept désigne la face immergée de l’iceberg des relations franco-africaines. En 1960, l’histoire accule de Gaulle à accorder l’indépendance aux colonies d’Afrique noire. Tout en proclamant cette nouvelle légalité internationale, immaculée, il charge son conseiller pour les affaires africaines, Jacques Foccart, de maintenir la dépendance, par des moyens forcément illégaux, occultes, inavouables. Il sélectionne des chefs d’État « amis de la France », par la guerre (plus de 100 000 civils massacrés au Cameroun), l’assassinat ou la fraude électorale. À ces gardiens de l’ordre néocolonial, il propose un partage de la rente des matières premières et de l’aide au développement. Les bases militaires, le franc CFA convertible en Suisse, les services secrets et leurs faux nez (Elf et de multiples sociétés) complètent le dispositif. » F-X Verschave, Libération, 19 janvier 2001

François-Xavier Verschave, (né à Lille le 28 octobre 1945 et décédé à Villeurbanne le 29 juin 2005), était un économiste de formation. Son père était un journaliste gaulliste et sa mère infirmière.

Il était depuis 1983 le responsable des questions d’économie, d’emploi et d’innovation sociale à la Mairie de Saint-Fons, une commune de la banlieue lyonnaise. Il était marié et père de trois enfants.

François-Xavier Verschave était membre fondateur de l’association Survie, qu’il présidait depuis 1995. Il était également directeur de publication de la lettre mensuelle de l’association : Billets d’Afrique et d’ailleurs.

Passionné des relations franco-africaines, François-Xavier Verschave a notamment forgé et décrit le concept de « Françafrique », terme parodiant l’expression la "France-Afrique" de Félix Houphouët-Boigny [1]. La « Françafrique » est ce volet occulte de la politique de la France en Afrique. Ses deux principaux ouvrages sur la question, La Françafrique (Stock, 1999) et Noir silence (Les Arènes, 2000), sont devenus des références pour l’association Survie. Ce dernier lui a valu un procès pour offense à chefs d’État étrangers (loi sur la liberté de la presse de 1881) qui l’a déclaré non coupable, compte tenu de l’absence d’« intention délictueuse » et du contexte juridique de l’affaire.

Il a également fourni un important travail de recherche sur le concept de Biens Publics à l’Échelle Mondiale et les théories économiques de Fernand Braudel.

Il est décédé brutalement d’un cancer du pancréas fulgurant découvert quatre mois plus tôt.



Réagir à cet article: Poster un commentaire